dimanche 10 décembre 2017

Yacouba Sawadogo: "J’ai la conviction que si tout le monde se mobilise pour travailler, on peut lutter contre le désert."

J’ai la conviction que si tout le monde se mobilise pour travailler, on peut lutter contre le désert. Parvenir à contrôler le désert, c’est aussi lutter du même coup contre la famine. La désertification devrait être une préoccupation pour toute personne vivante, parce que s’il n’y a plus d’arbres, le sol sèche, s’appauvrit, et à terme, il n’y a plus de vie.

Sur mon domaine de culture, j’ai d’abord construit de petites digues sur un petit espace, puis j’ai enfoui les graines des arbres dans de petits trous appelés zaï en y ajoutant du fumier organique.

Mais le secret de cette méthode, ce sont les termites : elles nous aident beaucoup dans la restauration du couvert végétal. Elles creusent des canalisations qui absorbent l’eau de pluie et au lieu de ruisseler, l’eau stagne. Les termites viennent aussi à la surface du sol pour chercher des feuilles à manger et tout au long de leurs trajets, elles creusent des petites tranchées permettant au sol d’imbiber davantage d’eau. Et le résultat est là : les plantes poussent naturellement, et nous avons maintenant une grande forêt

Au début, quand je parlais de cette méthode aux gens, ils disaient que j’étais fou, que ça n’allait pas marcher. Mais j’avais un but et je ne les écoutais pas. Aujourd’hui, beaucoup m’aident dans cette tâche : je leur demande de planter les arbres et de s’en occuper régulièrement... 

La suite à Observers


samedi 9 décembre 2017

Les polluants en Nouvelle Aquitaine

Les quatre sources majeures de rejets de polluants atmosphériques en Nouvelle-Aquitaine sont :

Résidentiel et tertiaire

Le chauffage des locaux d’habitation représente la source la plus  importante de consommation d’énergie et d’émissions de polluants.Dans le secteur résidentiel, si le chauffage au bois présente des atouts indéniables en terme d’émission de gaz à effet de serre, il peut être fortement émetteur de particules et autres composés toxiques dans l’air en raison de l'utilisation d'appareils individuels non performants, l'utilisation de bois humide ou de mauvaise qualité, du mauvais entretien du conduit de cheminée...
Par temps froid, en Nouvelle-Aquitaine, le chauffage individuel au bois contribue majoritairement aux émissions totales de particules fines.

Les transports

Ce secteur comprend le transport routier, ferroviaire, aérien, maritime et fluvial.Les émissions liées au trafic routier diminuent depuis une quinzaine d’années,  grâce à une législation européenne qui impose des normes d’émissions de plus en plus drastiques sur les émissions des véhicules mis en circulation (pots catalytiques, normes d’émissions, réduction de la consommation). Cependant, des efforts sur ce secteur restent à fournir compte tenu de l’augmentation continue du trafic.Le transport ferroviaire émet essentiellement des particules (usure des freins, roues, rails, caténaires), la majorité des trains étant à traction électrique. Les émissions du transport aérien, maritime et fluvial ne représentent pas une contribution importante à l’échelle régionale mais peuvent constituer des sources d’émissions localement significatives.

Les activités industrielles

Dans le secteur industriel, les plus grandes sources d’émissions sont réglementées et soumises à autorisation, voire déclaration annuelle de leurs émissions : raffineries, cimenteries, métallurgie, chimie, usines d’incinération des ordures ménagères, centrales thermiques etc…D’importants efforts sur les rejets d’émissions dans l’air ont été réalisés ces dernières années par les plus gros industriels, grâce à une législation de plus en plus sévère, qui a conduit à une généralisation progressive de procédés de dépollution. Néanmoins, les efforts entrepris doivent perdurer, en particulier sur le volet de la combustion de la biomasse. D’autres sources industrielles plus diffuses contribuent également aux émissions de ce secteur (carrières, BTP, ...)

L'agriculture

Le secteur agricole contribue majoritairement aux émissions de méthane (élevage), et d'ammoniac (engrais azotés, stockage de déjections animales) ainsi que de protoxyde d’azote et de pesticides (cultures). Le travail du sol, ainsi que l’utilisation des engins agricoles et le chauffage des bâtiments contribuent dans une moindre mesure aux émissions de particules primaires et d’oxydes d’azote.

source: ATMO



jeudi 7 décembre 2017

Poème sur la 7eme (video)


Qui a couru sur cette plage?
Elle a dû être très belle
Est-ce que son sable était blanc?
Est-ce qu´il y avait des fleurs jaunes
Dans le creux de chaque dune?

J´aurais bien aimé toucher du sable
Une seule fois entre mes doigts

Qui a nagé dans cette rivière?
Vous prétendez qu´elle était fraîche
Et descendait de la montagne?
Est-ce qu´il y avait des galets
Dans le creux de chaque cascade?

J´aurais bien aimé plonger mon corps
Une seule fois dans une rivière

Dites, ne me racontez pas d´histoires!
Montrez-moi des photos pour voir
Si tout cela a vraiment existé
Vous m´affirmez
Qu´il y avait du sable
Et de l´herbe
Et des pierres
Et des fleurs
Et des oiseaux?

Allons, ne vous moquez pas de moi!
Qui a marché dans ce chemin?

Vous dites qu´il menait à une maison
Et qu´il y avait des enfants qui jouaient autour?
Vous êtes sûrs que la photo n´est pas truquée?
Vous pouvez m´assurer que cela a vraiment existé?

Allons, ne me racontez plus d´histoires!
J´ai besoin de toucher et de voir pour y croire
Vraiment, c´est vrai!
Le sable était blanc?
Vraiment, c´est vrai!
Il y avait des enfants
des oiseaux? de l´herbe
Vraiment, c´est vrai!

Ça a vraiment existé,
Ça a vraiment existé, vraiment

(paroles de Philippe Labro)